Françoise Dolto (1908-1988)

Françoise Dolto, en plaidant « la cause des enfants »1, a contribué à élever l’enfant au rang de sujet dans la société française. En affirmant que l’enfant est sujet de lui-même, dès le premier jour de sa vie, elle lui donne le droit à la parole et le place à égalité avec l’adulte, bouleversant ainsi l’ordre établi.
Cette révolution s’inscrit dans l’histoire des nouveaux rapports à l’enfance et aux enfants apparus dans les années 1970, dont le docteur Leboyer et la « naissance sans violence » en sont les emblèmes, et annoncent la nouvelle « passion de l’enfant » qui parcourt la société (Gavarini, 2001)2.
En affirmant qu’un sujet est d’abord désir, et que chacun a droit au respect du désir, elle entend par acte d’éducation le fait, pour un adulte, de « tenter de respecter et d’encourager le désir de l’enfant le moins maladroitement possible »3. C’est en partant du désir de l’enfant que les apprentissages doivent être pensés, et c’est en respectant et soutenant ce désir que l’éducation doit se faire. Selon elle, les enseignants ne prennent pas suffisamment en compte les étapes pulsionnelles de l’enfance, et l’échec scolaire peut être en partie expliqué par la méconnaissance du psychisme et du rythme propre de l’enfant (Binet, 2005)4.
Pour une éducation humanisante, fondée sur l’expérience du vécu, et favorable aux méthodes actives prônées par l’éducation nouvelle, Françoise Dolto met en garde l’éducateur de ne pas étouffer le « potentiel révolutionnaire » qui existe en chaque enfant, et insiste sur la notion de confiance en l’autre :
« si nous sommes la promesse de grandir désirable, nous favorisons ce qu’on appelle le transfert positif ».5
L’élève ne doit pas occulter l’enfant, sujet à part entière, qui représente l’adulte en advenir, celui en qui la confiance doit être placée. D’autant plus que parler à « l’élève » dès lors qu’il est en difficulté le maintient « insidieusement dans une impuissance liée à son sentiment d’infériorité par rapport à l’adulte ; tout en réconfortant l’adulte dans son sentiment de supériorité. »
Enfin, elle insiste sur l’importance jouée par le milieu scolaire, qui peut être facteur d’aggravation des difficultés affectives et psychosociales d’un enfant perturbé, mais également soutien et révélateur « si l’enfant s’y sent respecté dans sa personne, indépendamment de « l’élève »»6.

  1. Dolto F. (1985,1997). La Cause des Enfants. Paris : Robert Laffont. 465p
  2. Gavarini Laurence (2001). La Passion de l’enfant : filiation, procréation et éducation à l’aube du XXIe siècle, Paris : Denoël médiations. 417p.
  3. Eric Binet (2005). Françoise Dolto pédagogue. Paris : Editions Don Bosco. 396 p. p.163
  4. ibid
  5. Ibid, p.128
  6. F. d’Ortoli, M. Amram (2001). La Neuville : l’école avec Françoise Dolto, suivi de Dix ans après. Issy les Moulineaux : ESF éditeur. 382p. p14 préface de F. Dolto

fabienne serina-karsky

Docteur en sciences de l'éducation Directrice de recherches chez Linc-Learn in context

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedInPinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *