L’épanouissement de l’enfant à l’école

Le débat sur les rythmes scolaires à l’école met sur le devant de la scène la question d’une école adaptée aux enfants, soucieuse de son bien-être, de son épanouissement comme disaient les pédagogues de l’Education nouvelle du début du XXe siècle.

Parmi eux, citons Ferrière, qui prône une école active, basée sur la spontanéité des enfants. Pour Decroly, il s’agit de partir des centres d’intérêt et envisager l’enfant dans sa globalité. Montessori bien sûr, qui s’attache à respecter la nature enfantine, et dont la pédagogie repose sur une éducation sensorielle. Cousinet aussi, inspecteur de l’Education nationale dès 19 qui s’attache à la figure du maître, devenu un « renseigneur » plus qu’un « enseigneur ». Pour tous, la « révolution copernicienne » annoncée par Claparède doit mettre l’enfant au centre, au centre de l’école, de façon à l’adapter à l’enfant et non plus demander à l’enfant de s’adapter à l’école. On parle alors de rythme scolaire, mais aussi de promenades scolaires, de jeu, de sport, d’art, d’un milieu adapté et sécurisant, de droit à l’erreur, de façon à favoriser les apprentissages, à faire entrer dans les apprentissages tous les enfants. Ici la notion d’individu et de groupe est centrale, la question du respect de la personnalité de chacun étant intimement liée au respect de chacun au sein d’un groupe, le groupe classe pour commencer.

Aujourd’hui, les écoles nouvelles continuent à penser l’épanouissement de l’enfant comme facteur de base, et à concevoir des séances de classe incluant sorties, projets, respect du rythme de chacun et gestion non-violente des conflits. Elles restent toutefois à la marge de l’institution scolaire, et leur manque de visibilité les conduit à s’adresser à un public restreint, à des familles appartenant à une catégorie socio-professionnelle privilégiée. L’Education nouvelle semble donc avoir échoué à intégrer l’école publique française, ce qui n’est pas le cas dans d’autres pays européens.

Est-il encore possible de se référer à cette éducation nouvelle, vieille aujourd’hui de plus d’un siècle, pour réformer l’école  et permettre aux enfants de s’y épanouir ? Ou bien s’agit-il aujourd’hui de partir sur un nouveau paradigme, qui prenne en compte le bien-être de l’enfant à l’école relié à la complexité du monde qui l’entoure ?

 


fabienne serina-karsky

Docteur en sciences de l'éducation Directrice de recherches chez Linc-Learn in context

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedInPinterest

Une réflexion au sujet de « L’épanouissement de l’enfant à l’école »

  1. Bonjour et merci pour vos recherches.
    A la question : « Est-il encore possible de se référer à cette éducation nouvelle? », j’ai envie de répondre oui, même si la réforme en cours bouleverse l’école, et qu’à mes yeux de chef d’établissement,elle ne va pas assez loin.
    Continuons à croire que le bonheur des enfants est primordial.
    David

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *