L’« explosion scolaire » et la démocratisation de l’école

L’école de Jules Ferry, dans sa volonté de former des citoyens émancipés, essaie d’installer dès 1881 une forme scolaire républicaine, à travers laquelle la figure du maître s’impose à tous de la même façon, sous la forme d’un enseignement magistral, et au service de disciplines bien précises et distinctes entre elles. Mais alors même qu’avec la massification de la seconde moitié du XXe siècle un nouveau public d’élèves apparaît, le regard de la société sur l’enfant évolue, et la forme scolaire républicaine, enfin établie, et s’imposant à tous au-delà même de l’institution, est mise à mal par l’ouverture de l’école, l’évolution du regard sur l’enfant, et doit s’adapter à la mission socialisatrice et intégratrice de l’école. La nouvelle exigence de la prise en compte du bien-être de l’enfant, en tant qu‘individu, entre en tension avec le principe d’un traitement égal des enfants à l’école.

Louis Cros, créateur du « Comité universitaire d’Information Pédagogique », de la revue « L’Education nationale », directeur du Musée Pédagogique en 1949 (qu’il transformera en I.P.N., aujourd’hui I.N.R.P.), joue un rôle au ministère de l’Education nationale à la fin des années 50 alors que « l’explosion scolaire » appelle d’urgence une modernisation de l’école. Il est également président des CEMEA de 1964 à 1984, ainsi que du Comité de liaison pour l’éducation nouvelle. Il publie L’explosion scolaire en 19611.

1Cros L. (1961). L’explosion scolaire.Paris : C.U.I.P. 181p.

 

fabienne serina-karsky

Docteur en sciences de l'éducation Directrice de recherches chez Linc-Learn in context

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedInPinterest


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.