Archives par mot-clé : Emilie Brandt

Emilie Brandt (1879-1963)

Emilie Brandt est une jardinière d’enfants qui joue un rôle important dans la diffusion du montessorisme en France dans l’entre-deux guerres, notamment par les écoles de formation qu’elle crée et pour lesquelles elle fait appel à des personnalités montessoriennes telles Marie-Aimée Niox-Chateau, qui développera notamment à l’école de Neuilly du matériel pour les classes des plus grands, ou encore Mion Valloton qui deviendra par la suite la directrice de l’Ecole Decroly de Saint-Mandé créée en 1945. Emilie Brandt est aussi en lien avec les mouvements pédagogiques, en tant que sociétaire de « la Nouvelle éducation » de Roger Cousinet, et membre du bureau du GFEN en 1936.

Emilie Brandt naît le 3 octobre 1879 à Strasbourg d’un père allemand et d’une mère alsacienne. Elle passe son enfance à Barr, en Alsace, alors sous occupation allemande. En 1897, à 18 ans, elle part faire ses études à Berlin, à la Maison Pestalozzi-Fröbel. Placée à 21 ans dans une famille allemande, elle arrive à Paris en 1905, où elle explique la méthode Froëbel des jardins d’enfants à l’Union familiale[1],  avant d’ouvrir aux côtés de l’Abbé Viollet l’Ecole d’éducation familiale, au 33 bis rue du Moulin-Vert à Paris. Elle s’y fait remarquer pour ses dons de jardinières et son jardin d’enfants est considéré comme un modèle, notamment par les directrices du Collège Sévigné et du lycée de jeunes filles de Versailles qui s’assurent de la collaboration d’Emilie Brandt, pour leurs jardins d’enfants ainsi que pour la formation des  jardinières, qui feront leur stage rue du Moulin Vert. En 1908-1909, Emilie Brandt crée également un jardin d’enfants à Barr, puis en 1910 un autre à Thivet dans la Haute-Marne, académie de l’inspecteur réformiste Edmond Blanguernon, expérience rendue célèbre par la publication d’un ouvrage de Félix Klein[2], « Mon filleul au jardin d’enfants » qui paraît en 1912 et 1915 en deux volumes.

Elle-même relate son expérience dans un « Manuel du jardin d’enfants », publié chez Armand Colin en 1913 avec 1 préface de Paul Bureau[3],  à la demande de ses amis et des amis de la méthode froëbelienne, dans lequel elle  donne les détails pratiques et exacts de la technique.

Elle poursuit son itinéraire et on la retrouve en 1918 à Strasbourg, où elle ouvre un nouveau  jardin d’enfants. En 1919, alors que l’Alsace est redevenue française, le collège Sévigné ouvre une annexe à Strasbourg, dont Emile Brandt dirige le jardin d’enfants. Puis elle achète un bâtiment rue Bernegger en 1922, dans lequel elle crée, grâce aux interventions d’amis auprès des autorités, une école nouvelle qui fonctionnera jusqu’en 1939. Ses jardins d’enfants constituent également des lieux d’applications pour les jardinières qu’elle forme dans les écoles de formation qu’elle crée. Elle quitte  Strasbourg au début de la guerre et est accueillie à Limoges où elle continue ses activités, puis à Vichy fin 1941-1942, où elle ouvre une école pour les enfants du personnel du ministère de la guerre, au sein de laquelle Hélène Lubienska de Lenval assure la formation des jardinières aux méthodes montessoriennes.

Après la guerre, elle crée en 1945 un nouveau jardin d’enfants à Neuilly, Bd Inckermann, avec en son sein une école de jardinières. Les stages d’application des jardinières auront lieu également à l’école du Père Castor à partir de 1946, puis à l’école nouvelle de Boulogne dès 1947. Cette école est ensuite dirigée entre 1948 et 1993 par Emilie Roustin, élève d’Emilie Brandt, et  s’installe à Levallois en 1952.  Elle prendra le nom d’Emilie Brandt à la mort de celle-ci.

En 1946, elle crée l’Association des Centres de Formation de Jardinières éducatrices (ACFJE), dont elle est la présidente. L’ACFJE va mettre au point un programme de formation pour les jardinières qui donnera lieu à un examen commun à un certain nombre d’écoles. Il faudra attendre 1973 pour que la formation des jardinières soit prise en charge par l’Etat, au moment où la profession évolue et devient celle d’éducateur de jeunes enfants.

Emilie Brandt part ensuite vivre à Valbonne dans le sud-est de la France, et poursuit sa carrière à Nice où elle sera conseillère technique au centre de formation des jardinières d’enfants jusqu’à la fin de sa vie. Elle meurt à Nice le 3 février 1963.


[1]         association créée en 1902 à Paris

[2]         Abbé Félix Klein (1862-1953)

[3]         Paul Bureau (1865-1923) professeur de droit et d’économie à l’Institut catholique de Paris, catholique, dreyfusard, membre de la Science sociale, disciple de Le Play

fabienne serina-karsky

Docteur en sciences de l'éducation Directrice de recherches chez Linc-Learn in context

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedInPinterest